Vous êtes ici : Les dossiers du Mag des Enfants > Loisirs > Les bienfaits d’une activité extra-scolaire

Les bienfaits d’une activité extra-scolaire

Escalade

Les parents se posent souvent la question d’une activité extra-scolaire : est-ce nécessaire ? Si oui, combien d’activités ? Ce dossier vous aidera à répondre à vos questions. D’après le docteur Michel Binder, pédiatre et médecin du sport, qui évoque les enfants, "plus ils sont stimulés au niveau sensoriel et corporel, plus ils sont à l’aise dans leur apprentissage scolaire" et selon la psychologue Anne Bacus, au niveau psychologique, "quel que soit le sport, les enfants se sentent mieux dans leur peau en se dépensant régulièrement et c’est pour certains, une manière de se valoriser".

1. Les bénéfices d’une activité extrascolaire

Une activité extra-scolaire doit être un plaisir pour l’enfant. Pas question de pousser un enfant vers une activité qui ne l'attire pas (surtout sous prétexte que vous n'avez pas eu la chance de la pratiquer, vous !). De la même façon, la compétition n'est profitable que si elle est désirée par l'enfant lui-même ! On n'exige donc pas de lui des résultats comme on le ferait pour l'école : on le supporte, on l'encourage, on l'accompagne, et ça s'arrête là ! Les parents devront encourager leurs enfants, les accompagner, être présents dans les débuts, pour les motiver, et au fil du temps, ils pourront simplement prendre connaissance des progrès faits par leurs enfants.

Il existe trois types d’activités extra-scolaires : activités sportives, artistiques et zen. Chaque profil d’enfant trouvera celle qui lui convient le mieux, il n’y a pas une activité meilleure qu’une autre, tout dépend des envies et du caractère de l’enfant, mais toutes ont des bienfaits non négligeables.

Activités sportives

Le sport amuse les enfants, titille leur esprit de compétition, surtout chez les garçons, et canalise une énergie souvent débordante. Mais au-delà de l’aspect ludique, les disciplines sportives quelles qu’elles soient, sont favorables à l’apprentissage et à l’épanouissement des enfants.

Au niveau physique, le sport permet d’accroitre les capacités cardiaques et pulmonaires des enfants, et de fortifier le squelette. Il permet également à l’enfant de mieux connaitre son corps et de l’accepter, ce qui est essentiel durant la période de l’adolescence, tout en diminuant les risques de surpoids. Il développe les capacités psychomotrices des enfants ainsi que leur coordination.

Au niveau social, le sport, notamment collectif, est un excellent vecteur de sociabilisation pour l’enfant, qui lui permet de se faire des amis en dehors du cadre scolaire, d’apprendre la solidarité et l’esprit d’équipe. A partir d’un certain âge une activité sportive véhicule des notions de discipline et de fairplay, ainsi que le respect de l’adversaire.

Activités artistiques

Arts plastiques

Elles permettent aussi de décompresser et de laisser libre cours à la créativité.
Les cours de musique (piano, guitare, flûte…) sont souvent des lieux de partage et d’écoute, les enfants s‘expriment sans porter de jugement. Ils évoluent à leur rythme et prennent confiance.

Dans les cours de dessin, de poterie, de peinture, le but est de permettre à l’enfant de libérer son imagination. Il est libre de sa création, et a juste besoin d’être guidé dans le dosage de la peinture, la tenue du pinceau…

Au bout du compte, il voit de quoi il est capable, et découvre qu’il peut se débrouiller tout seul. Il existe aussi des ateliers-théâtre basés sur l’improvisation et la spontanéité. Le but est d’inventer des histoires et de construire des personnages à partir du quotidien des enfants : à la maison, à l’école... Ils s’expriment dans un autre univers spatio-temporel que le leur, et cela permet aux timides de se lâcher et aux turbulents de se canaliser.

Activités Zen

Pour certains petits qui vivent mal la pression scolaire, qui ont un réel besoin de souffler ou tout simplement pour ceux qu’elles attirent naturellement, il existe des activités dites "douces", telles que le yoga.

Là, on leur parle d’animaux imaginaires, on leur raconte des histoires extraordinaires. Leur imagination est mise à profit et grâce au jeu, ils s’entraînent avec plaisir.

La respiration est au cœur de ces pratiques, elle leur permet de contrôler leur énergie qui peut devenir envahissante. Ils acquièrent des automatismes de détente et de lâcher prise, qu’ils peuvent réutiliser quand ils en ont besoin.

Le + : En cas d’échec scolaire, une activité extrascolaire peut permettre à l’enfant d’être valorisé par un autre biais que l’école, tout comme les timides pourront s’extérioriser dans le cadre d’une équipe et d’un sport collectif.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : UG4zGg

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires